Musique (Siyani)

De Tivipédia
Aller à : navigation, rechercher

La musique siyansk n'est pas axée autours de la notion d'harmonie, mais de subtile désharmonie aussi bien au niveau des sons (un peu comme la musique japonaise terrienne) qu'au niveau du rythme. Comme en plus elle joue tout le spectre audible des Siyani, elle est pour le moins incompréhensible pour les autres êtres.

Voici quelques instruments très appréciés des Siyani:

Bombardon (Kargesh)
Cet instrument à vent en métal est un enchevêtrement de tubulures, de cornets, d'accumulateurs d'air et pas moins de trois cornets. Un bombardon de voyage approche les soixante kilos, un bombardon de concert facilement le double. Détail amusant chaque bombardon à un pompon suspendu devant le grand cornet, celui-ci se fait soulever par le mouvement du vent. Un bon joueur de bombardon ne doit jamais laisser retomber le pompon...
Batterie Kilsh (Kilsh Karbamm)
Constitué de deux cloches tubulaires de plus d'un mètre de long, de trois tambours, d'une crécelle automatique et de deux haches-cymbales, c'est la base de tout percussionniste, bien qu'on y ajoute généralement deux clapets à répétition. La tradition des haches cymbales date de temps immémoriaux, ce sont des armes redoutables. Elles datent probablement de l'époque pas si révolue que ça ou musique et violence étaient indissociables.
Cornemuse siyansk (Karlouschals)
Traditionnellement fabriquée avec les joues de crapauds géants de Cchlatzßtrill, cette gigantesque cornemuse à trois sacs ne peut être manœuvrée que par un Siyan robuste. Sa réputation a été affirmée par le solo dans l'œuvre majeure de Vißbull Klaxisch "Ode à la Gloire" (connu dans l'espace eyldarin sous le titre de "Voilà les éléphants").
Orgue humain (Fifl Kargoonk)
Les orgues telles qu'on les trouve dans les cathédrales terriennes ont eu beaucoup de succès auprès des Siyani. Fabriquées sur Terre et importée à grand frais, ces orgues n'ont en fait plus rien d'humain: une orgue humain n'a pas de bouton "Pericoloso" à côté de celui marqué "Fortissimo". De même le transport des tubes principaux ne requiert pas de camion trans-continental.
Caisse Sombre (Øzrill Karbamm)
Cette instrument requiert de l'enthousiasme à défaut de talent. Ce gigantesque tambour fait passer la grosse caisse pour un tambourin. Diogène aurait pu y vivre confortablement. La caisse sombre est considéré comme la base rythmique de toute formation musicale par sa grande intensité (sur l'échelle de Richter: 1) et sa sonorité harmonieuse.
Métalare (Karlinn)
Cet instrument à corde est formé d'un V métallique de près de deux mètres de haut. Entre ses branches sont tendues des cordes métalliques que l'on fait résonner en tapant dessus avec des bâtons. Les deux branches comportent des caisses de résonance. Le son produit est grosso modo à mi-chemin entre le piano et la contre-basse.
Cor Valß (Valß Karloun)
Ce long instrument à vent en bois ressemble au croisement entre une clarinette et un cor des alpes.
Éventail Musical (Karniwin)
Probablement l'instrument le plus populaire auprès des Siyani: la plupart en possèdent en effet au moins un. Il s'agit d'un grand éventail de près d'un mètre de rayon, les lamelles sont taillées pour siffler lorsque l'on agite l'object, on peut obtenir des sons différents selon l'angle de mouvement et le degré d'ouverture (à noter que l'objet se double généralement d'une arme: les bords sont en effet en général en métal très aiguisé).