Telandili

De Tivipédia
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les telandili (sing. telandil) sont une sorte de légende humide, un fantasme permanent pour tout ce que la Sphère compte d’anthropomorphes, espace karlan inclus. Ce sont des professionnels des arts érotiques sous toutes leurs formes, du poème coquin à l’organisation de parties fines. On pourrait dire « prostitué(e)s », mais c’est très réducteur : on est plus proche de la crème des escortes, doublés de sexologues renommés, avec des connaissances approfondies du corps – le leur et celui des autres ; à ce stade, le sexe est une option. Les tarifs, eux, sont à l’avenant…

Les telandili forment une organisation qui tient du clan eyldarin, de la guilde marchande et de la religion. On dit d’ailleurs qu’il s’agit de la dernière incarnation d’un culte datant d’Erdorin, la Terre d’avant l’Exil (la place que prend cet aspect religieux dépend beaucoup des écoles et des styles d’enseignement). Très respectée dans l’espace atlano-eyldarin, elle a ses règles, ses statuts et son code d’honneur ; s’il n’y a pas vraiment d’organisation centrale, il y a une forte solidarité entre telandili.

Pour devenir telandil, il faut suivre un enseignement strict et exhaustif d’anatomie, de massage et d’érotisme appliqué, de maintien et de diplomatie, plus quelques babioles, comme des langues étrangères et de la psychologie élémentaire, etc. Beaucoup sont (ou deviennent) Arcanistes, spécialisés dans l’Éveil. Les telandili sont aussi soumis à des contrôles sanitaires fréquents (tous les mois environ), doivent se soumettre tous les jours à des exercices physiques et une sorte de « formation continue », etc. Ce n’est pas, comme l’imagine certains, une vie facile ; mais elle a ses bons côtés.

Il n’existe que quelques écoles spécialisées (telanoldan, pl. telanoldani), sur Dor Eydhel, Valaronda, Dor Salminis, Dalis, Brivianë et Trian, qui ont chacune leur style et vivent en constante rivalité. Un telandil peut bien sûr avoir étudié dans plusieurs écoles.