Erdorin, Chroniques de l’Arbre-monde, Livre 3, chapitre 8

Erdorin, chroniques de l'Arbre-monde, Livre 3, chapitre 8
Cet article est le numéro 8 d'une série de 15 intitulée Erdorin, Livre 3

L’Eylda contemplait le canon d’un très gros pistolet neutralisateur, pointé par une main à la peau sombre, que prolongeait un bras à l’autre bout duquel on trouvait un Rowaan très concentré et qui ne donnait pas l’impression de rigoler. Derrière lui, Daeithil et Kyoshi regardaient avec surprise et, plus généralement, la scène avait sérieusement secoué les autres clients du restaurant.

Sans même parler du principal intéressé, qui n’avait même pas eu le temps de se présenter : le plaquage du Rowaan avait eu lieu à peu près à la hauteur du « e » de son « Lensil ». Il se reprit néanmoins assez vite : ce n’était pas la première fois qu’il se retrouvait avec une arme sous les narines et celle-ci, d’une part, avait le bon goût d’être non-létale et, d’autre part, n’avait pas encore tiré. Tout n’était donc pas perdu.

— Je suis Cediar Salion Maënilvya, de l’ambassade eyldarin à Genève. J’aurais aimé parler à Daeithil de-Lleniel, si possible. Oh, et lensil.

Arko savait que cette mission allait potentiellement lui valoir de braquer un ambassadeur ; pas de chance : ce n’était pas le bon.

***

— Appelez-moi Maën.

L’Eylda les avaient rejoint à la table ; il avait un petit côté archétypique, avec ses longs cheveux blonds, sa peau pâle, sa silhouette longiligne, le tout souligné par une tenue qui aurait presque pu être d’époque, mais évoquait plus la contre-culture des années 1960-1970 et les mouvements hippies.

L’impression se dissipa après dix minutes de conversation. Maën avait vécu plusieurs fois sur Terre – y compris à des périodes où les contacts extra-terrestres n’étaient pas censés être possibles – et cela se ressentait, d’une part sur sa conversation, d’autre part sur son langage.

Daeithil avait décidé de l’inviter à manger, histoire de se faire pardonner de l’enthousiasme d’Arko – et aussi pour le draguer sans vergogne. Kyoshi, même si elle pouvait difficilement contester le bon goût de sa compagne – « archétypique » impliquait aussi une apparence plus qu’agréable –, aurait bien aimé être consultée dans cette aventure.

**’Sil, c’est gentil de vouloir agrémenter nos jeux, mais j’aurais aimé être prévenue…**

L’Eylwen sourit sans la regarder. **Voyons, Kyoshi, Maën doit me parler et, comme il ne dit rien à cette table, cela nécessite donc une audience privée. Maintenant, si tu préfères rester hors de la chambre…**

Étant très mal placée pour le faire physiquement, Kyoshi lui envoya l’équivalent mental d’un coup de pieds dans les tibias.

***

Le reste du repas s’était déroulée dans une ambiance bizarre, avec Maën et Daeithil qui devisaient allègrement, Kyoshi qui faisait la gueule et Arko qui gardait une façade neutre. À la fin du repas, au moment des digestifs, Daeithil lança un regard et une sonde mentale vers Kyoshi, qui l’ignora. Daeithil qui avait été mère et en avait acquis une certaine habitude dans la gestion des jeunes filles boudeuses, prit congé et invita Maën à l’accompagner.

Arko s’était déplacé au bar. Kyoshi l’y rejoint, attrapa la bouteille de whisky écossais qui trônait devant lui et s’en servit une rasade pour adultes, qu’elle avala d’une traite avant de se rappeler que c’était une très mauvaise idée.

Le Rowaan la regarda changer de couleur quatre fois et produire des râles d’agonisante avec un air mi-amusé, mi-blasé.

— Encore des problèmes avec ta princesse ?

Kyoshi secoua la tête avant de pouvoir retrouver une teinte normale et un timbre audible.

— Non… oui. Enfin, non. Je veux dire, elle m’agace, mais je sais que ce n’est pas elle. Pas entièrement, en tous cas.

Le Rowaan approuva :

— Ouaip, ça s’est vu.

— Tu vas encore me livrer des conseils matrimoniaux ?

— Hé ! C’est toi qui vient demander… Mais j’peux t’dire d’expérience qu’avec les Eyldar, si t’es pas prête à faire des concessions sur ta manière d’gérer les relations, y compris sexuelles, tu vas au d’vant de gros, gros pépins.

Kyoshi le regarda par en-dessous :

— « D’expérience » ?

Arko eut un haussement d’épaules qui fit trembler le bar. Kyoshi récupéra la bouteille au vol et se servit un deuxième verre, qu’elle entreprit de déguster à une vitesse plus raisonnable.

— Quand j’étais sur Trian, on était dans un maquis rowaan, mais intégré chez des autochtones. Notamment un clan avec des Atlani et des Eyldar, qui nous hébergeaient d’temps à autre et nous aidaient avec la logistique. Alors, fatalement, y’avait d’la fraternisation, voire plus si affinités. Mais nouzaut’ Rowaans, on a souvent la sale habitude d’être super-possessifs. Alors, fatalement, y’a des fois où ça se passait mal.

— Fatalement.

— Ouais, mais bon. Les plus anciens finissaient surtout par taper sur les plus jeunes, pour qu’ils apprennent à mieux s’tenir ou qu’ils aillent pas fricoter avec les jolies elfettes s’ils étaient pas capab’ de gérer le cul et le culturel.

— Ne me dis pas que c’est comme ça que tu as connu ta copine…

— Nan, pas vraiment, rigola-t-il. Elle a jamais été chez nous, au contraire : elle a fait partie de la Force d’interposition, première époque. Avant qu’ça dégénère et qu’le Cepmes envoie les gros lourds qui tachent. Elle m’a capturé quand je faisais d’la contrebande. Deux fois.

Le Rowaan lui fit un clin d’œil :

— Ça crée des liens.

Kyoshi et lui éclatèrent de rire, ce qui provoqua un début de panique chez les habitués du bar.

— Merci, Arko, je crois que j’en avais besoin, dit-elle en reposant son verre.

— Le whisky ou les conseils ?

Kyoshi sourit sans répondre et se dirigea vers les chambres. Arko se dit qu’il allait rester encore un peu. Voire plus.

Texte: Alias – Licence: Creative Commons, partage dans les mêmes conditions (CC-BY-SA)

Illustration: Psychée – Illustration originale visible sur son blog

Naviguer dans cette série

<< Erdorin, Chroniques de l’Arbre-monde, Livre 3, chapitre 7Erdorin, Chroniques de l’Arbre-monde, Livre 3, chapitre 9 >>

Un commentaire

  1. Ping :Flattr: Bilan pour février 2015 - Blog à part, troisième époque

Laisser un commentaire