Repenser l’équipement

Vous aimerez aussi...

22 réponses

  1. L'Ours dit :

    L’ennui dans cette approche est que tu restes accroché à tes idées de départ, à savoir, une définition relativement complexe de chaque objet au travers de caractéristiques qui, à l’usage, n’ont rien d’essentiel. Avec ce principe, évaluer le coût de chaque item va prendre des plombes. Certes, c’est l’objet « à moi que j’aime », mais est-il à ce point accroché au personnage ? Et même dans ce cas, mérite-t-il autant de détails techniques ?

    Tu pourrais largement simplifier la chose si tu donnais un coût global et arbitraire à des catégories d’objet / véhicule, peu importe ce qui les définit en détail. Par exemple, tu payes 10 points (je ne connais pas ton échelle de valeur) pour avoir le ultimate objet de la mort que le PJ il fera demi-tour dans la forteresse ennemie, même pourchassé et en danger de mort, pour le récupérer. 5 points pour le truc utile et fonctionnel dans une partie, mais pas vraiment à soi, donc remplaçable. 1 point pour un objet nommé dont on se fiche de le perdre ou le remplacer, mais qui fait partie de son paquetage de base sans avoir besoin d’y penser. Tout ce que le personnage veut porter en plus, il l’a s’il le dit (et se le procure), sinon pas besoin d’y penser.

    Côté caractéristiques et fonctionnalités, je suis sceptique sur le déploiement d’autant de détails purement techniques pour le système. Car ça aussi ça fait très « années 80 ». Ce qu’on demande à une arme blanche, c’est de faire des dégâts et à la limite de savoir de quelle nature ils sont, mais le classement devrait rester simple. De même pour une arme à distance dont on veut en plus connaître la portée. Mais de là à gérer le magasin et les chargeurs, je trouve que c’est s’embêter pour rien. De même, associer des caractéristiques spéciales à un objet ne me semble pas forcément judicieux. Qu’un véhicule bricolé procure des avantages de pilotage au PJ peut paraître une caractéristique du véhicule, mais dans le fond, sans l’expertise et la connaissance du PJ, cette caractéristique du véhicule ne sert à rien. Par ailleurs, le PJ ne tirerait-il pas le même parti d’un autre véhicule dont il réalise ou fait réaliser les mêmes ajustements ? A mon sens, tout ce qu’on veut mettre de spécial dans un objet est plus situé dans la compétence de celui qui le manie que dans l’objet lui-même. Ce pourrait être géré comme une qualité/un avantage, moins cher pour le personnage car lié à la possession d’un objet adapté.

    Ceci n’empêche pas l’acquisition d’objet hautement personnels et importants pour le PJ (à la manière exposée plus haut), mais réduit la charge de travail à la création des équipements ou l’acquisition ultérieure.

    My two credits

  2. Kandjar dit :

    Perso je suis grand grand fan de l’équipement au mode dK² :

    Des armes et armures sur trois catégories : amateur, professionnel, brutasse (mais on peut remplacer par léger, moyen, lourd), avec pour chaque catégorie un score de dégâts, des pré-requis de dons pour les utiliser correctement, un encombrement…

    A cet équipement peut être ajouté des capacités spéciales, des améliorations, donnant des bonus particuliers, simples (bonus au toucher, aux dégâts, moins d’encombrement…) ou plus complexes (telle ou telle manoeuvre de combat, comme immobiliser ou assommer, est facilitée).

    On peut aussi avoir des trousses à outils spécifiques, toujours sur ces trois catégories, qui donnent un bonus (et un encombrement) en fonction.

    Tout le reste est géré par la compétence Préparation. Tu as une corde sur toi ? Fais un jet de préparation. Si tu portes un sac, il t’encombre par défaut, mais te donne un bonus conséquent à la préparation. Ce n’est pas au joueur de définir le contenu du sac, mais c’est la compétence du personnage qui fait qu’il transporte du matériel utile ou non.

    Avec tout ça, finies les listes d’équipement, et pourtant on fait un peu ce qu’on veut.

    • Alias dit :

      Je ne souvenais plus de cet aspect du système dK, mais c’est vrai que c’est assez tentant.

      Bon, pour la compétence « Préparation », ça fait du sens dans un contexte med-fan, mais moins pour de la SF, à mon avis.

      • Kandjar dit :

        Pourquoi med-fan et pas SF ?
        Ça pourrait être un peu moins axé matériel, mais fonctionner quand même : est-ce que j’ai rechargé mon téléphone, mes armes, mon vaisseau ? est-ce que j’ai pensé à réserver un hangar à l’astroport, une chambre à l’hôtel ?

        Le sac est moins pertinent, mais peut toujours jouer pour avoir des bricoles sur soi : un petit couteau qui servira de tournevis improvisé, une bouteille d’eau, une barre de céréales/énergétique, des lunettes de soleil, un slip de rechange…

        Perso, je trouve cette compétence totalement libératrice. Plus besoin d’éplucher les tables d’équipement, d’acheter et scrupuleusement noter les 24 pitons d’escalade, les 17 torches et la perche télescopique de 3m.

        • Alias dit :

          Dans mon idée, dans du med-fan ou du post-apo, on est dans le domaine de la rareté; en SF, on a plutôt une impression d’abondance, donc de mon point de vue, l’équipement est moins important.

          Après, c’est mon point de vue: je n’ai pas envie de consacrer des pages à cela.

  3. psycheeange dit :

    Tu m’as donné des idées, mais à savoir que dans Los, j’a déjà en tête que tout objet précieux, rare, ou spécial, coute des XP… c’est à dire que soit tu paye les XP pour l’avoir, soit tu as une dette d’XP à rembourser pour le garder soit…. tu décide de te taper des défauts pour en payer le prix en XP.

  4. Christophe dit :

    Ben sinon, il faut « dissuader » les PJ d’accumuler du matos ou les convaincre de se focaliser sur « leur » matos…
    pour les dissuader, il faut leur rappeler qu’un rack d’armes ça prend de la place, que l’entretien de beaucoup d’armes ça prend du temps et que potentiellement ça multiplie les types de munitions…
    pour les convaincre, il pourrait être intéressant d’introduire dans ton système d’avantages, le concept de familiarisation avec une arme: en clair, plus le personne « s’approprie » une arme, plus il devient efficace avec à force de la manier, exemple: le PJ est moins gêné par le recul, il a appris à compenser les défauts de visée ou encore le PJ a customisé l’arme à son usage en l’équilibrant pour son usage propre (tu peux même aller jusqu’à considérer que du coup, si quelqu’un d’autre veut l’utiliser, cette personne aura un malus avec…ça les PJ aiment bien: « c’est mon arme! » )

  5. Imaginos dit :

    Ce à quoi j’ai immédiatement pensé en lisant ton billet, ce sont les « Assets » de Firefly RPG. Tu devrais peut-être y jeter un œil, si ce n’est pas déjà fait.
    (certes, ça ne résoudra pas tous tes problèmes ; mais ça peut être une base de réflexion)

  6. J’aime bien la manière dont Dungeon World gère l’équipement. L’équipement dédié au genre (armes/armures/potions/poisons) avec tags. Quant au reste, c’est juste « équipement d’aventurier » avec 5 recharges. T’as besoin d’une corde, use une charge. Une lanterne à volets, par ici une charge de plus.
    Pour TV, j’imaginerais assez bien un système similaire. Tu paies 1 pour l’objet de base et tu paies par tag supplémentaire.
    P.ex.: Arme énergétique: 1, discrète: +1, lourde: +1, de zone:+1. Ton plasma canon de poche te coûte 4 Equipement.

  7. Greewi dit :

    Pour Solaires, j’ai eu une problématique similaire. Dans mon idée, je n’aime pas le côté loot qu’on garde parce que c’est meilleur que ce qu’on a dans un jeu de SF (abondance du matériel, forte standardisation et puis je préfère qu’un personnage puisse être un héros sans que ce soit son matériel qui soit héroïque…), bien que certains personnages (Les technophiles par exemple) disposent de gadgets et de matos très personnalisé et finalement optimisé.

    Au final je l’ai réglé quand j’ai aplani tout le système. Un objet n’est décrit que par ce que c’est (Par exemple une arbalète de poing) et un nombre entre 1 et 3 (1 matériel standard, 2 matériel amélioré ou intégré à l’enveloppe, 3 matériel à la pointe). Après le joueur les utilise comme de simples traits ; mais le système de Solaires est un peu particulier : un objet y est considéré comme le sont les carrières (ex. médecin (3)) ou encore les traits (agile (2)).

    Après, c’est sûr, l’aspect tactique du jeu est très réduit et ne te conviendra probablement pas.

  8. Inigin dit :

    « Je m’explique: l’idée, c’est d’avoir des descriptifs qui en jettent calqués sur un système très simplifié et très modulaire, basé sur des mots-clés. Ceci ne concernerait que les objets importants, ceux qui, quelque part, définissent le personnage: l’arme favorite qui a son propre, la protection dont il ne se sépare jamais, même quand il dort, la boite à outils magique, le communicateur qui pirate tout, etc. »
    Tu as regardé du côté de Fate ?

    • Alias dit :

      Je ne fais que ça. 🙂

      • Plume dit :

        Fate est très joli sur le papier mais j’ai l’impression que l’on n’y joue pas. Pour un système générique d’équipement, je ne sacrifierai pas aux sirènes du narrativisme. Stella Inquisitorus propose un système de création generique d’armes qui couvre un spectre large : de l’arme de poing au canon. On choisit le mode de dommage causé par l’arme (feu, plasma, rayonnement magnétique, etc…), la taille de l’arme et quelques options ( capacité du réservoir a munition, silencieux, gestion du recul, etc…). Simple et efficace.

        • Alias dit :

          Mon idée est assez similaire, mais sans doute plus orientée pour coller à l’univers. Et plus simple, aussi: les bêtises du genre « gestion du recul » et autres babioles, je laisse ça à des systèmes plus complexes. Un dispositif de recul amélioré irait plus dans une catégorie « précision » générale.

          • DD Ra dit :

            Ben je fais jouer à FATE, moi.
            J’ai même opté pour l’option « je m’en fou de l’équipement c’est du décors », sauf si ça fait partie des aspect du joueurs (donc la il peu dépenser des points FATE pour s’avantager grâce à son matos ou en gagner quand son matos le désavantage dans l’histoire)
            Mais pour faire de l’équipement significatif, FATE recommande d’en faire des Extras, sorte de minis avantages définis, qui permettent de décrire par exemple dans notre cas le matos qui est particulier au monde.

  9. Salut,
    Je fais un petit « hack » de cyberpunk/eleusis avec des amis et la problématique des listes d’équipements c’est vite fait sentir.
    Pour le coup notre réponse à été de faire une liste très simple du matériel.

    Pour l’armement par exemple :
    Arme de poing
    Arme d’épaule
    Arme lourde

    Pour avoir des armes qui claque et très personnel, le joueur peut y ajouter une option et/ou un qualificatif (max 3 pour notre système) qui lui donnera un bonus quand la narration lui permettra.

    Pour exemple je choisi un pistolet avec une option « pointeur laser » et un qualificatif « somptueux », le « pointeur laser » me donnera sans doute un bonus pour viser et le fait qu’il soit « somptueux » peut me donner un bonus lors d’une action sociale.
    Forcement chaque « option » ou « qualificatif » engendre une modification du cout de l’objet.

    La vrai bonne idée est de ne pas faire de liste de ces options et de ces qualificatifs, chaque joueur à assez de notion des univers dans lequel il joue.

    Et pour avoir tester : lorsque un joueur tripote son pistolet « gravé à son nom » dans son holster pour négocier son bonus à un jet de d’interrogatoire. Ça le fait bien.

    En tout cas pour avoir mené une campagne complète de TV je suis bien heureux de voir tes derniers questionnement sur les règles.

  1. 12 juin 2015

    […] Sur les Tigres Volants Central, Erdorin gagne un clic et €1, ainsi que l’article Repenser l’équipement. […]

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :